Walking Dead, Tome 13 : Point de non-retour de Robert Kirkman et Charlie Adlard

walking-dead-13

  ~ 4ème de couverture ~

Enfin arrivés aux portes de Washington, Rick et ses compagnons intègrent une communauté de survivants, visiblement épargnés par le fléau qui ravage l’humanité depuis un an maintenant. Ici, pas d’apparition de zombies. Mais ce retour au calme et à une vie presque normale ne se fait pas sans heurts. Bien au contraire, il révélera au grand jour les difficultés d’adaptation de chacun.

Œuvre fondatrice du genre en bande dessinée, Walking Dead s’impose par sa qualité d’écriture et son attention portée aux relations entre les personnages de cette incroyable aventure humaine. En effet, au-delà des scènes où apparaît la menace des morts-vivants, les auteurs nous entraînent dans un récit où la survie est l’affaire de tous les instants, et où la moindre erreur peut s’avérer fatale…

~ Mon humble avis ~

Rick et toute la bande ont été intégrés à la communauté d’Alexandria. C’est l’occasion de faire connaissance avec de nouveaux personnages avec lesquels tout ne va pas forcément bien se passer. Rick, à qui on a confié le job de policier, doit régler les litiges entre les gens de cette ville aux allures paisibles. Mais lui n’est pas dupe et va très vite se rendre compte de l’attitude étrange de certains d’entre eux…

Vivre une vie normale : c’est ce à quoi prétendent les habitants d’Alexandria. Dans ce lot de familles bien installées, le groupe de Rick détonne légèrement. Pour eux en effet, il n’y a rien de plus enviable que de reprendre une routine paisible à l’abri des dangers extérieurs. Mais quand on a vécu tout ce qu’ils ont vécu, il faut croire qu’on n’en ressort pas indemne… Rick est à fleur de peau et va malheureusement trouver une occasion d’exprimer toute sa colère… Ce tome pose les problèmes de cohabitation que nos compagnons vont devoir affronter. Tout se complique quand Rick va refuser de fermer les yeux pour maintenir le calme dans la ville, soulevant par son comportement des questionnements quant à son gouvernement. Qui, des survivants qui ont affronté le monde extérieur, ou des survivants d’Alexandria qui sont maintenus dans l’ignorance de ce qui se passe derrière les murs, sont à même de diriger la cité et de répondre aux besoins de la population ? de la garder en sécurité ?

Autant de questions qui font de ce choc entre deux catégories de survivants un tome très intéressant. J’ai beaucoup aimé cette lecture, même si je ne m’attendais pas à ce qu’un autre « danger extérieur » resurgisse aussi vite dans l’histoire. À suivre donc…

Walkind Dead, Tome 12 : Un monde parfait de Robert Kirkman et Charlie Adlard

walking-dead-12

~ 4ème de couverture ~

Washington enfin ! Le voyage aura été long, semé d’embûches et de drames. Avant la conclusion de ce périple, l’un des compagnons de Rick se révélera être autre chose que celui qu’il prétendait être. Une fois la colère passée, l’espoir renaît néanmoins avec l’apparition providentielle d’une communauté visiblement épargnée par le fléau qui ravagea l’humanité voici un an déjà. Une étape décisive !

Œuvre fondatrice du genre en bande dessinée, Walking Dead s’impose par sa qualité d’écriture et son attention portée aux relations entre les personnages de cette incroyable aventure humaine. En effet, au-delà des scènes où apparaît la menace des morts-vivants, les auteurs nous entraînent dans un récit où la survie est l’affaire de tous les instants, et où la moindre erreur peut s’avérer fatale…

~ Mon humble avis  ~

Alors que Rick et sa bande ont évité une fois de plus des tarés psychopathes éminemment dangereux, il semblerait bien que la chance leur sourit enfin… Un homme vient à leur rencontre et leur fait une proposition qui semble bien trop belle pour être vraie : en échange de leur savoir-faire, ceux-ci sont invités à rejoindre la communauté autosuffisante d’Alexandria (le Paradis pour nos amis les baroudeurs de la forêt). Sans savoir si cette histoire est du flan, ils vont quand même aller y jeter un œil…

Ce tome n’a pas été riche en surprise puisque j’ai déjà vu la série, mais j’ai comme d’habitude apprécié retrouver les personnages, et comme il y a toujours des ressemblances et des différences, on y trouve toujours son compte ! Dans ce tome, le groupe de Rick est soudé, ils savent ce qu’ils veulent et ils n’hésitent pas à prendre des risques pour ça. Ils pourraient très bien se contenter de prendre le bonheur qu’on leur tend sans veiller sur leur garde : mais comme ils ont un lourd passif derrière eux qui leur dit de ne pas faire confiance au premier qui se pointe aussi gentil soit-il, ils ont plutôt tendance à se méfier.

J’ai adoré retrouver ce groupe confronté à une nouvelle situation, c’était donc une très bonne lecture !